Béatrice et Bénédict

Hector Berlioz

Savant mélange de musique et d’opera parlé, le metteur en scène Richard Brunel réussit la prouesse d’associer sans douleur la musique aux dia­logues en faisant en sorte, « que la musique naisse d’une néces­site qu’elle surgisse comme un moyen de créer de l’action ». Visiblement, pari gagné.

20 minutes Sept 2016

Mais le pari de l’homme de théâtre de faire bien parler et jouer les chanteurs d’opéra, et de ménager des silences signifiants, est aisément gagné.

Una Furtiva Lagrima Octobre 2016

Richard Brunel, directeur de la Comédie de Valence, a révisé les textes parlés en retournant à Shakespeare et signe une mise en scène mobile, enjouée.

La croix, Bruno Serrou, 2016

A la demande de La Monnaie, le metteur en scène français a retravaillé les textes au plus près de la version anglaise afin de sublimer l’expressivité de la musique. A l’ombre de la gaieté de la composition, il révèle aussi la mélancolie et les questions existentielles propres à l’amour.

Let’s Motiv’, Julien Damien, mars 2016

Béatrice et Bénédict
Hector Berlioz

Opéra comique en 2 actes
D’après William Shakespeare
Adapté par Richard Brunel, Catherine Ailloud Nicolas et Antonio Cuenca Ruiz

Direction musicale Jérémie Rhorer, Samuel Jean
Mise en scène Richard Brunel
Scénographie Anouk Dell’Aiera
Lumières Laurent Castaingt
Costumes Claire Risterucci
Dramaturgie Catherine Ailloud- Nicolas
Assistants à la mise en scène Sandrine Lanno et Benoit de Leersnyder
Chef des chœurs Martino Faggiani

Production Théâtre Royal de La Monnaie-De Munt et Théâtre du Capitole de Toulouse

Avec

Frédéric Caton,
Étienne Dupuis,
Julien Dran,
Sébastien Droy,
Sébastien Dutrieux,
Anne- Catherine Gillet,
Sophie Karthaüser,
Stéphanie d’Oustrac,
Michèle Losier,
Lionel Hote,
Ève-Maud Hubeaux

Orchestre symphonique et chœurs du Théâtre de la Monnaie