Der Kreidekreis

Alexander Von Zemlinsky

Le metteur en scène Richard Brunel, quant à lui, a eu l’heureuse idée de ne pas chercher à faire de la fable un manifeste univoque, et bien loin d’affaiblir la portée dramatique de l’œuvre, il permet au contraire à ses multiples symboles de déployer tout leur sens. Brunel ne recule ni devant le mystère, ni devant l’ambiguïté, et la pièce de Klabund en sort grandie.

Resmusica, Joseph Thirouin

Richard Brunel signe une direction d’acteurs souveraine.

La croix, Bruno Serrou

Richard Brunel bâtit une mise en scène quasi cinématographique et manie un art de la scène au scalpel, loin de toute sensualité et de toute psychologisation. (…) L’intérêt de son travail tient à son talent pour maîtriser l’alliance entre engagement pour une juste cause et rigueur esthétique. Les scènes de procès, entre autres, en sont une efficace illustration.

Les trois coups, Michel Dieuaide, 26 janvier 2018

La mise en scène de Richard Brunel renonce heureuse­ment à la chinoiserie pour mettre en avant la crudité et la cruauté de ce théâtre où le bien et le mal s’opposent sans nuances.

Dans un univers froid et blanc de parois coulissantes, les changements de tableaux s’enchaînent sans temps mort et rendent l’action lisible en l’ac­tualisant discrètement. La scène du procès pipé est délicieusement causti­que et la dernière image, qui nous met en garde contre les illusions du happy end, sont du bon théâtre.

Le Figaro, Christian Merlin, 28 janvier 2018

La justice sera-t-elle rétablie ? Oui mais non, répond cette production, subtilement mise en scène par Richard Brunel, dans une cruelle pirouette finale. Ce pourrait être insupportable de noirceur, mais la mise en scène joue la carte de l’épure, sans en rajouter dans le pathos. (…) Tout est donc réuni pour faire de ce Cercle de craie une production inoubliable. Et donner envie, peut-être, à d’autres maisons lyriques de nous faire redécouvrir l’œuvre admirable d’Alexander Von Zemlinsky.

Télérama, Sophie Bourdais

Richard Brunel a obtenu le geste et le ton justes pour chaque réplique des personnages. C’est grâce à ce travail, individuel et collectif, de son équipe, que le spectateur est entré sans encombre au cœur de l’histoire. Une soirée vraiment inoubliable.

Web Théâtre, Jaime Estapà i Argemi

Mis en scène par Richard Brunel, « Le cercle de craie » oscille avec succès entre œuvre politique forte et parabole sur la justice. (…) Richard Brunel réussit par la sobriété de sa mise en scène et par son parti-pris à rendre très actuel ce conte chinois du 13e siècle. Il amplifie savamment la charge contre l’injustice et la corruption. Avec la complicité du chef Lothar Koenigs, il surmonte l’écueil que peut représenter un opéra où le parlé et le chanté sont très imbriqués. « Le Cercle de craie », une œuvre rarement jouée à découvrir sans faute.

Culture Box, Jean-Michel Ogler

En bon directeur d’ac­teurs, Richard Brunel donne à ses personnages une épais­seur et une humanité rares à l’opéra.

Le Progrès, Antonio Mafra

La justice (voire les justices) étant une thématique forte de cette œuvre, le metteur en scène Richard Brunel semble un choix évident pour diriger la scénographie de ces représentations, assisté de la dramaturge Catherine Ailloud-Nicolas. C’est en grande cohérence avec l’œuvre musicale qu’il imagine la mise en espace : aucun effet n’est recherché, juste une mise en lumières de situations et des personnages. (…) Le Cercle de craie d’Alexander Von Zemlinsky, dont l’Opéra de Lyon offre la création française, est une œuvre dont la lecture contemporaine ne semble pas en décalage avec le regard d’un spectateur du XXIe siècle, notamment grâce à l’ingéniosité et à l’atemporalité de la scénographie de Richard Brunel.

Olyrix, Emmanuel Deroeux

Le directeur de l’Opéra de Lyon Serge Dorny a eu l’excellente idée de faire appel au metteur en scène Richard Brunel pour faire entrer ce chef-d’œuvre, par trop méconnu, au répertoire de la vénérable maison. (…)La modernité ahurissante du livret trouve un écho parfait dans cette mise en scène qui ferait presque passer l’opéra pour une création contemporaine.

Inside Lyon, Diana

Epaulée par un orchestre en pleine forme, portée par un plateau étonnant par la qualité de son jeu d’acteur, cette production touche par sa sincérité, et redonne à un compositeur autrichien hélas méconnu les lettres de noblesse qui lui manquaient encore sur les scènes françaises. (…) le metteur en scène a saisi le pessimisme inhérent à l’œuvre, et prend un malin plaisir à le souligner, notamment dans le faux happy end où la réunion idéalisée de l’empereur et de la prisonnière est troublée par la présence sur scène du frère en haillons.

Bachtrack, Pierre Liscia

Le Cercle de Craie (Der Kreidekreis)
Alexander Von Zemlinsky

Opéra en trois actes et sept tableaux
Livret de Klabund, en allemand

Production Opéra national de Lyon

Direction musicale Lothar Koenigs
Mise en scène Richard Brunel
Dramaturgie Catherine Ailloud-Nicolas
Scénographie Anouk Dell’Aiera
Costumes Benjamin Moreau
Lumières Christian Pinaud
Assistante à la mise en scène Ester Pieri
Vidéo Fabienne Gras

Avec

Ilse Eerens,
Lauri Vasar,
Martin Winkler,
Nicola Beller Carbone,
Stephan Rügamer,
Doris Lamprecht,
Hedwig Fassbender,
Josefine Göhmann,
Matthew Buswell,
Alexandre Pradier,
Luke Sinclair
Romain Blanchard,
Céleste Bruandet,
Chloé Begou,
Fabien Grenon,
Nicole Mersey,
Loïc Risser,
Thomas Rortais,
Patrice Simonin,
Laetitia Vitteau
Orchestre, Maîtrise et Studio de l’Opéra de Lyon