Der Kaiser von Atlantis oder die Tod-Weiweigerung

Viktor Ullmann


Richard Brunel reprenait dans la belle salle du TNP de Villeurbanne son Empereur d’Atlantis monté pour le Théâtre de la Croix-Rousse voici trois ans. Comme toujours sa mise en scène est ingénieuse, orchestre devant, puis au-dessus après que La Mort ait occis puis ressuscité la trompettiste, les musiciens montant lentement, dans un silence glaçant, mais c’est sa direction d’acteur qui met une animation formidable à ce drame sinistre. (…) La simplicité du geste, mais aussi sa cruauté, son sens de l’abrupt font avec du bref un opéra immense, d’une portée émotionnelle étreignante, qui dédouane l’œuvre de son seul contexte.

Jean-Charles Hoffele, Concert classique

Hier soir, sur la scène de La Comédie de Valence, “L’empereur d’Atlantis” a su, en une heure, une toute petite heure, jouer de  toute la palette des sentiments humains. À coup sûr, cet opéra, le premier monté à Valence par Richard Brunel, est une réussite. Avec une mise en scène qui a su à la fois préserver une certaine sobriété, tout en jouant des codes de la modernité.

Mireille Rossi, Le Dauphiné Libéré

(…) surtout, l’homme de théâtre a su provoquer le jeu qui manque parfois à l’opéra, et chaque scène sonne juste. La fable est implacable et creuse en nous de bien sombres sillons, tels des chemins vers une fin, d’une extrême beauté, une supplication à la mort, un appel presque religieux au sacrifice, que Richard Brunel a su encore sublimer.

Etienne Faye, Revue 491

Dans ce spectacle, créé à l’automne dernier à la Comédie de Valence, Richard Brunel propose à cet égard un travail exemplaire dans son respect de l’œuvre – il a ainsi renoncé à l’idée première d’un avertissement qui aurait énoncé, avant le Prologue, les conditions d’élaboration – et dans sa recherche d’une scénographie au service d’un texte polysémique. (…) Le spectacle est d’une densité telle que l’on s’étonne de constater qu’il ne dure qu’une heure.

Fabrice Malkani, Forum Opéra

La direction d’acteurs, ferme, donne une grande tenue à ce spectacle, entre cataclysme et «nonsense».(…) cette pièce fragile, trouve ici une de ses meilleures productions possibles.

Franck Langlois, Magazine Opéra

Der Kaiser von Atlantis oder die Tod-Weiweigerung
(L’empereur d’Atlantis ou le refus de la mort)
Viktor Ullmann
Opéra en un acte composé à Theresienstadt
Livret de Pieter Kien

Direction musicale Jean-Michaël Lavoie
Mise en scène Richard Brunel
Dramaturgie Catherine Ailloud-Nicolas
Scénographie Marc Lainé
Costumes Claire Risterucci
Lumières Christian Pinaud
Assistant à la mise en scène Julien Fišera
Chef de chant Agnès Melchior
Traduction du livret Laurent Muhleisen

Production Opéra national de Lyon
Coréalisation Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme-Ardèche / Théâtre de la Croix-Rousse

Reprise en 2015 au TNP, Villeurbanne
Direction Musicale Vincent Renaud
Avec Piotr Micinski, Mikkel Skorpen, Andromahi Raptis, Judith Beifuss, Alexander Kiechle, Samuel Hasselhorn et l’Orchestre de l’Opéra de Lyon

Avec

Christian Miedl,
Stephen Owen,
Lucy Schaufer,
Rui Dos Santos,
Ivi Karnezi Bubikopf,
Jean-Baptiste Mouret

Orchestre de l’Opéra national de Lyon