In the penal colony

Philip Glass

Elégante sans être dépourvue d’alacrité, la mise en scène de Richard Brunel montre une remarquable économie de moyens. Elle est proche de la musique sans cesse méditée de Philip Glass, mais aussi de la sèche densité de l’écriture kafkaïenne.

Marie-Aude-Roux – Le Monde

Dans son spectacle, le metteur en scène Richard Brunel se saisit admirablement du texte pour montrer l’absurdité malsaine de cette exécution programmée. Tout en restituant l’horreur du propos, il use avec verve d’un humour grinçant dès lors qu’il montre ses personnages. Les acteurs, impressionnants, soulèvent remarquablement le malaise qui s’insinue dans cette intrigue.

Un spectacle qui ne laisse personne indifférent tant pour le dessein de l’intrigue que pour la prestation de chacun des intervenants.

Jacques Schmitt – ResMusica

Dans la colonie pénitentiaire est une vraie réussite. Pertinence du propos, justesse de la musique et modernité de la mise en scène, telle est la recette de ce spectacle qui saura séduire les puristes comme les non-initiés par sa profondeur et son accessibilité.

Élise Ternat – lestroiscoups.com

La représentation est menée à un rythme d’enfer dans l’excellente mise en scène de Richard Brunel qui a choisi de joindre l’horreur à la beauté ; rien ne nous est pourtant épargné, du viol du condamné, du pas de danse enlacé qui réuni un instant le condamné et son bourreau, du jeu des chaises à la Ionesco, ni des détails techniques du système de pointes de tailles différentes qui s’enfoncent pour faire souffrir en n’entraînant la mort qu’au dernier moment

Jean-Marcel Humbert – forum opera

Au bout d’une heure un quart de ce jeu pervers et violent, on se retrouve à la fois fasciné et impuissant, à la limite du malaise, et l’on sort de là vidé, au bord de la nausée.

Jean-Marcel Humbert – forum opera

Sobre et très juste mise en scène de Richard Brunel dont on avait apprécié il y a un an un Albert Herring de Britten plein de charme à l’Opéra Comique

Caroline Alexander – Webthea

In the penal colony
Philip Glass
Livret Rudolph Wurlitzer
d’après la Colonie pénitentiaire de Franz Kafka

Direction musicale Philippe Forget
Mise en scène Richard Brunel
Scénographie Anouk Dell’Aiera
Costumes Bruno de Lavenère
Lumière David Debrinay
Son Benjamin Hacot
Assistante à la mise en scène Caroline Guiela Nguyen
Dramaturgie Catherine Ailloud-Nicolas
Conception mouvements Axelle Mikaeloff
Traduction du livret Severine Magois

Production Opéra national de Lyon, Opéra Théâtre de Besançon, Opéra de Rouen Haute-Normandie, Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet- Paris, Comédie de Valence, Théâtre de Nîmes.

Avec

Stefano Ferrari/Michael Smallwood,
Stephen Owen,
Gérald Robert-Tissot,
Mathieu Morin,
Nicolas Hénault

Quintette à cordes de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon
Musiciens
Cédric Cartier
Nicolas Gourbeux
Karol Miczka
Donald O’Neil
Jean-Marc Weibel